liens
interviews
audio

Chers Lecteurs de Karmapolis. Voici plusieurs semaines que Karmapolis est resté bien calme, bien silencieux. Ce n'est pas une habitude, rassurez-vous! Les raisons étaient à la fois d’ordre logistique (déménagement) et rédactionnel. En effet, nous vous annoncions de futures enquêtes qui ont pris soudainement une ampleur que nous ne pouvions soupçonner. Tout d’abord, le sujet promis à certains lecteurs concernant l’affaire des Ovnis Nazis nous a pris un temps énorme. Nous avons été dépassé par la difficulté de trouver des informations fiables et surtout, des témoins et des spécialistes enclins à nous répondre. Bien souvent, pour des raisons que nous nous expliquons pas, nous nous sommes heurtés à une fin de non recevoir ou à un accueil piquant, voir glacial quant à nos demandes d’interviews.

Ce dossier des Ovnis nazis est passionnant, complexe et très délicat car il met à jour un aspect fort désagréable du conspirationnisme et de l’ufologie : l’intérêt de l’extrême droite pour ces sujets et une possible récupération, de possibles campagnes de manipulations. Nombre de conspirationnistes convaincus préfèrent bien souvent ignorer voire nier cet aspect du problème, ce qui ne peut qu’être dommageable. Car en faisant « semblant de rien », on prête le flanc à des attaques parfois justifiées émanant des sceptiques ou des média traditionnels, attaques très classiques selon lesquelles l’extrême droite se nourrit de conspirationnisme, pire encore, que toute réflexion conspirationniste du genre « on nous cache des choses » est un signe d’appartenance à un parti néonazi et signale un réflexe poujadiste, un penseur d’extrême droite. Il est donc temps de reconnaître ces faits, de voir qu’effectivement, le conspirationnisme et par contagion, une partie du travail ufologique risque une récupération ou une manipulation de tous les extrémismes (du néo nazisme à l’islamisme radical en passant par les nationalismes violents) lorsque ceux-ci veulent s’attaquer pour de mauvaises raisons aux dysfonctionnements réels de nos sociétés dites démocratiques. Le sujet des Ovnis nazis est donc plus vaste qu’il n’y paraît à première vue et il nous a fallu énormément de temps pour arriver à cerner avec un minimum de cohérence et, nous l’espérons, d’objectivité cet étrange phénomène.

Ensuite , nous nous sommes attaqués à l’affaire John Ford et ce ne fut pas non plus une partie de plaisir, a « piece of cake ». John Ford fut pour ceux qui ne sont pas familiarisés à l’ufologie un enquêteur très populaire et très médiatisé du LIUFON, un groupe de recherche aux Etats-Unis en matière de collecte d’informations sur les manifestations d’Ovnis. Nous parlons au passé avec le verbe « fut » volontairement car aujourd’hui, John Ford n’est plus grand chose, plus que l’ombre de lui-même, un être détruit qui moisit depuis des années dans des centres psychiatriques dépendant du système pénitentiaire. Et pour des raisons tellement incroyables, tellement invraisemblables depuis tant de temps et sans que personne ne réagisse avec indignation que cela méritait une enquête, que nous nous posions quelques questions et que nous en posions d’autres à des témoins. Peut-on emprisonner un homme et le briser moralement, psychologiquement, civilement et financièrement parce qu’il s’est fait l’observateur minutieux des activités Ovnis au dessus d’une des régions les plus étranges avec celle du Nouveau-Mexique (Roswell, Dulce) et du Nevada (Area 51), celle de Long Island et de Montauk au Nord de New York ? Peut-on sans grands problèmes avec les média emprisonner un homme sous prétexte de tentative de meurtre par empoisonnement du dentifrice d’un sénateur corrompu avec du radium ? La réponse est oui. Aussi fou que cela puisse paraître! Et le plus incroyable est que le comité de soutien de John Ford, censé donc s’occuper des relations avec les média et répondre aux questions des journalistes ne soutient rien du tout, égare les journalistes, fait semblant de répondre et ne répond pas. D’où le temps énorme que nous avons mis pour trouver des interlocuteurs qui acceptaient de nous parler du sombre et étrange destin de cet ufologue sorti tout droit d’un épisode de X Files.
Vous voyez, nous n’avons pas perdu notre temps à ne rien faire. Ces deux enquêtes nous ont pris tout notre temps, nos moyens et surtout notre énergie. Et nous pouvons déjà vous dire que les enquêtes qui suivront prendront aussi un certain temps car les sujets choisis – des sujets que nous trouvons à nouveau passionnants et complexes comme par exemple l'Ayahuasca, Castaneda et les drogues rituelles méritent que l’on y consacre le temps qu’il faut.
Sachez enfin que nous sommes très contents de l’enthousiasme que notre site a suscité auprès de certains lecteurs qui nous ont fait part de leur soutien. Nous les en remercions, les encouragements nous nourrissent autant que les informations et nous poussent à poursuivre notre démarche. Nous sommes également étonnés de voir que ce sont les articles relatifs aux Short Greys et à Nigel Kerner et ensuite à l’affaire Ederman qui ont eu le plus de succès avec en troisième position, l’article sur la psychiatrisation. Pour clôturer cet éditorial, sachez que nous travaillons sur le concept d’un livre sur le conspirationnisme et que nous le modulerons en partie en fonction de vos réactions, vos questions et vos préoccupations. N’hésitez donc pas à nous écrire. Bonne lecture


Karma one

 


haut de page

accueil    nous contacter   liens