PREMIER CONTACT
Gerry Zeitlin, un dissident du SETI et créateur d'Open SETI
répond aux questions de Karmapolis

Dans une interview sans langue de bois, un ancien scientifique du projet SETI-Serendip, adepte de métaphysique taoïste et passionné des mystérieux comportements des particules les plus élémentaires des systèmes physiques qui régissent nos galaxies s'exprime sur les extraterrestres, le SETI, les mythes et les anciens dieux, les Reptiliens et le projet Disclosure.

Une prise de position nuancée, non idéologique qui ouvre des portes plutôt que d'arrêter des idées définitives.

KarmaOne (K.O.): Quelle est votre formation et quels sont vos antécédents professionnels?

Gerry Zeitlin (G.Z) : Tout a probablement commencé lorsque je me suis intéressé à l'âge de 13 ans aux activités de radio amateur. En fin de compte, je suis devenu ingénieur dans le domaine de l'électricité, sanctionné par une licence universitaire obtenue à l'université de Cornell puis une maîtrise en sciences à l'université du Colorado. J'ai poursuivi ensuite d'autres études supérieures en mathématiques, physique, astronomie et astrophysique à l'université de Californie à Berkeley. Par la suite, mon plan de carrière s'est focalisé autour des domaines des champs et des ondes électromagnétiques, de la propagation des ondes et la radioastronomie. Mais je me suis retrouvé impliqué dans des domaines plus complexes qui incluaient des recherches sur les ondes cérébrales et dans la sécurité de l'information. J'ai également tenu une librairie spécialisée en ouvrages métaphysiques, et j'ai été impliqué dans la gestion du projet universitaire de Berkeley sur la recherche d'intelligence extraterrestre, le SETI (Search For Extraterrestrial Intelligence) connu sous l'appellation de projet SERENDIP entre les années 1978 à 1982. Le projet actuel de Berkeley "SETI @ home" est une excroissance de ce premier projet. Comme vos lecteurs peuvent le deviner, tout cela n'explique pas la totalité de l'affaire. J'ai toujours été émerveillé par les grands mystères de la vie et essayé de les comprendre, poursuivant à cette époque des disciplines psycho-spirituelles associées avec le Bouddhisme, le Taoïsme, l'occultisme occidental et d'autres domaines d'étude que je ne vais pas nommer.

L'un des plus grands mystères qui m'a poussé à m'engager plus loin a été le problème de la race humaine : ce qu'elle est, comment est-elle arrivée à être ce qu'elle est et quel serait son devenir?

K.O. : Quand vous dites que vous avez travaillé dans le domaine de la sécurité de l'information ; qu'est-ce que cela signifie?

G.Z : Il s'agissait d'une généralisation simplificatrice qui est supposée couvrir mon travail pour le ministère de la défense il y a de nombreuses années ainsi que les postes civils que j'ai occupé ces dernières années comme cela est mentionné dans ma biographie online.

Sans doute que la meilleure façon de décrire ces deux périodes revient à dire que mes activités auprès du département de la défense (DOD) dépendaient de mes compétences en matière d'ingénierie électrique appliquées en matière de communication alors qu'en ce qui concerne les postes civils que j'ai occupé, ceux-ci avaient plus spécifiquement trait à la sécurité de l'information per se, en elle-même, plus spécialement l'usage de clés publiques en cryptographie [ndr: cryptographique: discipline mathématique au codage de textes, d'images et d'informations ou encore l'utilisation de “clés” pour coder des messages militaires secrets comme par exemple la fameuse machine Enigma des Allemands pendant WW2] et la sécurisation de systèmes informatiques pour de grosses entreprises et des agences gouvernementales.

K.O. : Pourquoi avez-vous créé Open SETI et quel en est le but?

G.Z:-Mon expérience auprès du programme SETI de Berkeley ne m'a pas satisfait. Vous pourriez dire « j'en savais trop » pour être capable de prendre au sérieux le paradigme du SETI et en fin de compte, j'ai décidé que tout cela était trop compromettant pour y rester. En 1982, je quittais ce champ d'activité mais j'ai continué à l'observer de loin pendant des années.
En 1994, j'écrivais un article intitulé The Opening of SETI [L'ouverture du SETI] un article qui décrivait pourquoi j'estimais que le projet SETI était non pertinent et hors de propos par rapport à sa propre quête de contacts [extraterrestres intelligents] et j'y proposais de nouvelles pistes afin d'ouvrir ce paradigme. Après avoir présenté cet article à l'occasion d'une conférence, j'ai décidé d'en faire une page web, un petit site Internet en quelque sorte. Deux ans plus tard, j'élargissais le champ d'action du site afin d'y inclure les aspects relatifs aux expériences d'élargissement de la conscience, appelant cela The End of Enchantment [La fin d'un enchantement]. Plus tard, j'ai partagé cette somme d'informations en deux sites distincts : The End of Enchantment qui devint une collaboration entre Malou Zeitlin et moi-même et le projet Open SETI qui se révèle être une version largement plus approfondie et étendue de mon texte original, The Opening of SETI.

Open SETI a mis en évidence le fait que l'interface entre les prémisses originales du projet SETI et "le grand inconnu" pouvait être étendu et élargi à l'infini comme une sorte d'image fractale de Mandelbrot. Il y a de nombreuses régions dans cette interface que le projet SETI prohibe et vous interdit même de simplement y penser mais qui se révèlent être de purs plaisirs à méditer. Mais n'oubliez pas que Open SETI, pour sa part, est une chose sérieuse, pas une sorte de lubie «new-age». J'ose espérer qu'un véritable scientifique ou un ingénieur pourrait le reconnaître et l'accepter.

Un autre point de départ important d' Open SETI se révèle être la manière dont nous traitons les mythes. Pour dire les choses simplement, Open SETI rend honneur aux mythes. Dès le départ, dès l'introduction, Open SETI affirme que toutes les expériences humaines sont soutenues par des mythes et que la science occidentale serait stupide de vouloir échapper à cette condition essentielle. Open SETI nous pousse à lâcher prise et à permettre à nos mythes et à bien d'autres choses de nous révéler à nous-mêmes un potentiel de connaissance. En fin de compte, Open SETI et The End of Enchantment ont assez d'audace pour tenter de construire un mythe, intégrant dans un champ unique des éléments que notre société technoscientifique a ignorés.

K.O: Avez-vous personnellement vécu certaines expériences de type «apparitions d'OVNIS», abductions, etc.? Si oui, quelles en furent les conséquences dans votre vie quotidienne et votre travail?

G.Z: -Je n'ai rien à vous dire de particulier sur ce sujet. Je suis plutôt poussé par un sentiment et une sensation de lucidité (du moins à ce qu'il me semble) et par un besoin d'explorer et d'exprimer ce que je vois et perçois. 

K.O. Vous n'avez donc pas personnellement vécu d'expériences relatives aux OVNIS ou aux abductions. En tant que scientifique, vous étiez supposé vous trouver dans un état d'esprit “standard”, rationnel qui ne devait pas vous prédestiner à porter un intérêt à l'hypothèse extraterrestres et au paranormal. Pourtant, votre site indique le contraire : quelles sont alors vos motivations les plus profondes?

G.Z : Chacun d'entre nous a une nature essentielle (je viens juste de fabriquer cette expression pour cette interview) composée d'un fragment de conscience étendue, bouleversée, troublée et à certains niveaux piégées par le monde physique et son jeu. Notre “nature essentielle” ou l'essence même de notre nature inclut notre ÊTRE, ses connaissances, ses pouvoirs etc. Il s'agit vraiment d'un ÊTRE plutôt incroyable si on le considère de notre point de vue quotidien.

Pour des raisons qui demeurent encore mystérieuses à ce point du débat, la “nature essentielle” [ndr; à comprendre comme l'essence de la nature humaine en général] fournit une quantité variable d'elle-même, de ses propres connaissances et de ses pouvoirs pour être utilisée pour le compte des fragments de ses consciences incarnées. Je pense que la tâche de ces fragments de conscience incarnée –fragments que nous appelons plus communément une personne- consiste à s'emparer, à appréhender ou non des choses qui ont été créées pour elle à un moment donné. Et avant qu'elle ne s'en empare, on a besoin généralement d'un rappel d'un genre ou d'un autre, d'un signal qui va permettre à la personne de faire attention à ce qui l'entoure, d'en prendre conscience.

Pour certains individus, un changement de mode de vie fondamental peut être exigé afin de provoquer cette prise de conscience des choses qui lui sont offertes. Pour d'autres, il peut s'agir d'une insatisfaction face au monde qui s'offre à lui, ce qui provoque une quête incessante et active. Pour d'autres encore, cela peut être une information qui n'est pas conforme au point de vue conventionnel et qui est tout simplement reconnue comme étant remarquable. A cela, on peut dresser un parallèle avec un événement onirique qui nous rappelle que le monde éveillé et lucide contraste énormément avec le monde des rêves.

Je fais partie de ce dernier genre (de prise de conscience) ou peut-être me suis-je senti insatisfait et je me suis mis à chercher.

Il n'y a rien de plus à dire…ou peut être simplement une histoire hors norme, décalée par rapport au monde ordinaire mais qui me rappelle quelque chose. L'histoire me revient sous la forme d'un livre que je m'étais procuré lorsque j'avais environ 14 ans. Cela parlait d'OVNIS et plus particulièrement du cas d'un pilote militaire qui s'appelait “Mantell” qui en avait pris un en chasse alors qu'il pilotait son Jet de l'Air Force.

Je ne me rappelle pas plus que çà de l'histoire. Juste le fait qu'il ne s'agissait pas d'un bobard; cette histoire semblait s'être vraiment déroulée et cela signifiait que tout, vraiment TOUT allait être différent de ce en quoi je croyais un instant auparavant. L'histoire était totalement incompatible avec une vision commune du monde et déjà; à cette époque, j'avais instinctivement choisi que cette histoire était cohérente et en accord avec la vérité.

K.O : Avez-vous rencontré des scientifiques qui ont vécu ce genre d'expériences particulières et qui travaillaient pour le projet SETI? Si oui, comment leur position a-t-elle évolué, qu'est devenue leur perception du phénomène extraterrestre?

G.Z : En parlant de "travailler pour SETI", vous signifiez sans doute "travailler pour l'institut SETI". Je n'ai jamais entendu personne parler de ce genre de choses autour de moi dans cette organisation. Cependant, je m'autorise à penser qu'une ou deux personnes évoluant autour de la communauté SETI au sens large ont été sujettes à ce genre d'expériences. Cela les a perturbées parce qu'elles n'étaient pas autorisées à en parler publiquement alors qu'il s'agit du moteur le plus important de leur travail.

Karmatoo : Pourriez-vous nous en dire plus sur ce qui leur est arrivé?

G.Z : L'un d'entre eux a tenté de mener une double vie publique. Il se présente comme un scientifique qui pense de la même manière que ses collègues alors qu'en même temps, il a maintenu un site Internet personnel, ouvert au public qui entre dans des détails extrêmement intimes à propos de son expérience sur la façon dont celle-ci a changé sa vie et la vie de ses proches.

Tous ceux qui liront son site réaliseront qu'une personne ne peut avoir vécu de telles expériences et dans le même temps, continuer à agir comme un scientifique conventionnel. CETTE prise de conscience peut avoir des répercussions sur les perspectives professionnelles de cette personne, d'une manière ou d'une autre cela dépend de ce que la personne va tenter de faire. Quant à savoir si cela a eu un impact ou non, je ne peux y répondre.

Je suppose que la personne dont je vous parle comprend le danger et poursuit son travail avec courage et son propre sens de l'intégrité.

La deuxième personne a décidé de cacher son expérience de toute exposition publique et de chercher des opportunités professionnelles qui satisfont les deux faces de son expérience existentielle. Il admettra sans doute que cela a été un chemin difficile.

La signification générale que l'on peut tirer des expériences de ces deux personnes est que ces “expériences étranges” peuvent représenter de grands défis pour quiconque voudrait poursuivre une carrière professionnelle dans un monde qui ne reconnaît pas officiellement la réalité de ce genre de phénomènes.

K.O. : Imaginons cette hypothèse : certains scientifiques et travailleurs du SETI sont pertinemment au courant du phénomène OVNI et croient réellement que le gouvernement américain est en contact physique et tangible avec des entités biologiques extraterrestres et les technologies qu'ils possèdent. Comment alors expliquer la situation schizophrénique de l'institution SETI qui continue à prétendre qu'elle poursuit les recherches d'un signal intelligent alors qu'ils connaissent pertinemment la situation réelle. Pensez-vous que cette "hypothèse" est réaliste. Connaissez-vous personnellement des scientifiques qui sont au courant de cette situation?

G.Z: - L'hypothèse est plutôt plausible étant donné ce que nous savons des autres institutions de notre société. Dans ce modèle, un nombre restreint de scientifiques et de collaborateurs situés au sommet auraient été informés et doivent par conséquent suivre un programme, un plan particulier. Ceux qui ne sont pas au sommet et qui ne sont pas au courant de la situation seront alors manipulés par la puissance des personnalités de ceux qui se trouvent dans la confidence, de ceux qui savent. Ce modèle pourrait conduire aux comportements que nous observons.

Quelles pourraient alors être les motivations de ceux qui détiennent la connaissance?
Elles pourraient être à la fois :
1) très noires, très occultes;
2) un patriotisme mal dirigé ou peut-être un chauvinisme terrien incroyablement protecteur. Si la seconde motivation est la bonne, j'ai du mal à suivre leur raisonnement alambiqué.

Dans l'autre modèle, une telle connaissance n'est pas détenue par quiconque et ils opèrent de telle manière à maximiser les possibilités de maintenir leur organisation viable de façon à ce que les salaires soient payés. Dans un troisième modèle, ils sont aveuglés par les lois de leur science, essaient de rester de bons scientifiques et de pouvoir être acceptés comme des vrais professionnels par la communauté scientifique. Lequel de ces modèles est le bon? A une époque, il y a environ 25 ans, j'ai connu personnellement certains des dirigeants du SETI. A CETTE EPOQUE ils semblaient travailler sur base des derniers et avant-derniers principes mentionnés plus haut. Mais aujourd'hui tout est possible.

K.O: A l'instar de certains auteurs, pensez-vous que la science est piégée dans un réseau de manipulations, un processus de ralentissement volontaire de la connaissance?

G.Z: -Oui. J'ai référencé cette situation tout au long de mon site Internet, incluant l'essai de Halton Arp intitulé "Qu'est-ce que la science est devenue?" paru dans le Journal of Scientific Exploration. En fait, la carrière de Halton Arp en est un parfait exemple lorsqu'il montre que la cosmologie acceptée aujourd'hui est totalement fausse et ne peut être maintenue que parce que l'on supprime et cache des données parfaitement valides.

Le problème est que la science nécessite des fonds. Or, toutes les sources de financement poursuivent leurs propres programmes, leur propre finalité, programmes qui sont fondés sur l'acquisition de pouvoirs économiques, militaires et politiques et non sur la poursuite de la connaissance pour le bien qu'elle représente ; même s'il existe des mesures de financement basées sur la reconnaissance du principe que la connaissance pure d'aujourd'hui mène aux pouvoirs de demain.

K.O. : Pensez-vous que le SETI ne va volontairement pas changer la manière dont il analyse les fréquences "utiles" qu'il s'autorise à analyser afin de vérifier si l'on est en présence ou non d'un signal intelligent?

G.Z: -Idéalement, si le SETI détecte un signal qui rencontre la liste simple de critères pour être considéré comme un signal intelligent et qui de toute évidence n'est pas d'origine terrienne, ils [ceux du SETI] sont alors supposés concentrer plus de ressources sur ce signal et être à la recherche d'une confirmation de cette détection et donc être capables d'augmenter leur capacité d'analyser et de discerner le plus de détails possible. En fait, il s'est déjà avéré que les tentatives de détection devaient être croisées par les autorités pour vérifier que ces signaux ne sont pas d'origine humaine et clandestine. Alors, je vous demande : si on détermine que ce signal est de nature artificielle et qu'il n'est pas d'origine humaine, pensez-vous vraiment que les autorités vont rendre public ce genre d'information?

K.O. :Pouvez-vous nous expliquer le concept "d'incrémentalisme" (ndtr: de différenciation en français) qui semble être un concept très important dans votre perception du phénomène E.T.

G.Z: -Merci de reconnaître l'importance de ce concept clé dans Open SETI. Ce concept est si simple et si évident alors qu'il n'est reconnu par AUCUN scientifique de la communauté du SETI. Ce concept est apparu parce que le SETI se confine lui-même dans la recherche de preuves d'activité extraterrestre qui se réfère uniquement à nos capacités scientifiques d'aujourd'hui ou à celles d'un avenir proche. Vous voyez cela tout le temps: lorsqu'un de ces scientifiques du SETI propose une nouvelle méthodologie de recherche, il ou elle justifiera à chaque fois de façon tout à fait prévisible sa proposition en montrant que notre propre société pourrait être capable de produire techniquement la preuve du signal qu'ils recherchent. Ces derniers temps par exemple, tout cela a été modifié pour permettre un petit débat à propos de la pertinence d'une recherche centrée sur [des signaux émis par] des sondes robotiques uniquement parce que nous savons aujourd'hui comment construire ces technologies. Alors que nos connaissances et nos technologies augmentent par bonds successifs, l'étendue des modes de recherches que le SETI accepte de prendre en considération augmente au même rythme que nos progrès successifs. C'est comme si nous nous autorisions à rechercher une image miroir de notre propre technologie.

K.O. : Comme Nigel Kerner (certains de nos lecteurs connaissent son travail), vous semblez accorder une certaine importance aux textes sacrés anciens dont il se sert comme exemple pour illustrer ses propres recherches?

G.Z : -Je n'ai lu aucun des textes anciens originaux même si le Livre d'Enoch et Popol Vuh sont au moins sur ma liste de matériaux à étudier et bien entendu, je connais des textes védiques, le Nag Hammadi et d'autres textes anciens de cultures diverses de par le monde. Cependant, en termes de travaux dérivés, je peux ajouter que l'ouvrage "The Shining Ones" [Ceux qui brillent], de Christian et Barbara Joy O'Brien que je lis maintenant fait un usage extensif de textes moins connus comme les épopées de Kharsag N° 1 à 9 (Kharsag Epics Nos 1-9) extraites des tablettes sumériennes, l'épopée Artrahasis (une histoire datant du 19 ième siècle avant J.C en Mésopotamie incluant aussi bien une histoire de la création que du déluge) ainsi que le Codex Askew, une collection de documents Coptes et le Codex de Bruce, une autre collection de textes coptes. Quant à savoir comment mettre en relation cela avec les dernières découvertes archéologiques, je ne peux que suggérer la chose la plus évidente: il faut les utiliser comme guide pour une recherche planifiée, comparer les découvertes avec ces textes, examiner le sens des désaccords, des choses qui ne cadrent pas etc. En d'autres termes, prendre en considération que ceux qui ont écrit ces textes, peu importe qui, ont pu enregistrer des expériences humaines concrètes et factuelles.

 K.O. : Vous ne semblez pas d'accord avec un point de la théorie de Nigel Kerner et de Michaël Cremo à propos du concept de dévolution (ou involution) : le fait que nous vivons dans un monde entropique de chaos de plus en plus important. Pourriez-vous nous expliquer pourquoi et en quoi vous êtes en désaccord? Pourriez-vous aussi nous expliquer qui est Paul LaViolette et pourquoi vous êtes d'accord avec lui?

G.Z : -Certes, oui. L'entropie augmente perpétuellement dans un système physique fermé mais le système que nous désignons comme étant notre monde physique n'est pas un système fermé. Ceci est une partie très importante de la perception du monde de Paul LaViolette dont le travail est mis en évidence et examiné dans plusieurs pages du site Open SETI. Les lecteurs pourront utiliser le moteur de recherche afférant au site pour trouver les passages clés. Brièvement, Paul LaViolette est un "astrophysicien" dont le travail ne cadre pas avec les courants dominants de l'astrophysique et qui a attiré l'attention de personnalités importantes. J'ai utilisé les guillemets pour le terme astrophysicien parce qu'il a obtenu son PHD dans les théories des systèmes [physiques] même s'il a publié des travaux dans le domaine de l'astrophysique et qu'il avait accès aux installations du [télescope] VLA (Very Large Arrey) etc. Ses différents ouvrages comprennent une élégante "Théorie du Tout" qui débute sur les dynamiques du domaine sub-quantique, montrant comment ce domaine génère des particules subatomiques et des champs physiques comme des champs gravitationnels. Il en a observé les caractéristiques et les comportements, construisant au fur et à mesure de vastes systèmes cosmologiques sans jamais oublier d'y ajouter des systèmes de la mythologie humaine. LaViolette a accompli tout cela avec seulement quelques équations décrivant les dynamiques des particules sub-quantiques. Et voilà, les résultats sont absolument époustouflants.

Maintenant, pour répondre à votre question, je dirais juste que pour LaViolette, l'énergie n'est pas simplement là, surgissant du mythique Big Bang et s'épuisant par la suite. Mais plutôt, que cette énergie provient constamment de domaines sub-quantiques [ndtr: relatifs aux particules les plus petites, sous quantiques et qui ont un comportement très étrange] en accord avec des principes et des conditions très spécifiques. La plus condition la plus importante concerne la densité gravitationnelle locale. Au plus cette densité est importante, au plus l'énergie qui en surgira sera importante. Cette "énergie génique" [ndr: surgie de l'intimité même de l'univers] est incroyablement importante pour comprendre comment des projets astronomiques fonctionnent. Importante pour nous ici et maintenant, parce vivant dans une galaxie, nous sommes alors sujets à ce que LaViolette appelle des "super vagues galactiques" – des explosions du noyau galactique dont les ondes de choc ont dans le passé secoué cette galaxie et bien d'autres et continueront encore à le faire. Sur base de sa théorie, LaViolette a dressé une liste de prédictions qui se sont avérées exactes les unes après les autres depuis leur publication. Nombre de ces prédictions doivent encore être vérifiées.

Vous attendez sans doute de moi que je confirme ou infirme l'idée selon laquelle les espèces peuvent évoluer "vers le haut" dans un tel système sans l'aide extérieure d'une organisation. Ma réponse à cela n'a peut être pas grand rapport avec cet influx de l'énergie génique mais plutôt avec la programmation résidant au cœur de l'ADN. Cette programmation représente le couple information/énergie dont la source s'avère inconnue et inattendue. Il s'agit d'un enjeu séparé. Nous avons l'ADN –il possède caché en lui un incroyable programme; plusieurs autres races sont issues de ce bricolage. Je crois qu'elles possèdent également un système génétique basé sur l'ADN. Alors, à quoi avons-nous affaire ? Peut-être pouvez-vous me l'expliquer  J

K.O. : Que pensez-vous du projet Disclosure Project ou Révélation du Dr Steven Greer? Jean-Pierre Petit, un astrophysicien français pense qu'il s'agit d'un programme de désinformation, un piège mis au point par les services de renseignement pour pister les militaires et les scientifiques qui voudraient parler, dire la vérité?

G.Z : - J'ai toujours pensé que le projet Révélation se fondait sur des attentes assez naïves. On ne peut pas forcer une mise à jour, une révélation des choses; ceux qui détiennent l'information sont bien trop puissants pour qu'on les contraigne à faire ce qu'ils n'ont pas envie de faire ou à dire ce qu'ils n'ont pas envie de dire. Et les média vont toujours les protéger.

Par conséquent, le fait qu'il s'agisse ou non d'un piège délibéré n'est pas d'une importance cruciale. Les informateurs témoins du projet ne pourront pas parvenir à leur fin et ils vont s'exposer. Dans ce processus, ils vont sans doute amuser certains spectateurs.

K.O : Que pensez-vous de la thèse reptilienne défendue par David Icke, Branton etc… qui affirment que toute notre civilisation et nos religions sont manipulées par une race extraterrestre appelée les Reptiliens (identifiée aussi sous l'appellation des Anunnaki) et que toutes les activités démoniaques enregistrées dans l'histoire des religions proviennent en fait de ces entités extraterrestres du genre Petits Gris? Pensez-vous comme Jacques Vallée ou Nigel Kerner qu'il s'agit en fait d'entités non physiques prises au piège dans un processus dévolutif? Ou croyez-vous qu'il s'agit d'entités provenant de la terre, de nos profondeurs (théorie de la terre creuse)?

G.Z : -Voilà beaucoup de questions en une seule! Des gens comme David Icke appartiennent à un type de conscience ordinaire qui dépeint un univers très effrayant. Sur mes propres pages tant dans Open SETI que sur le site The End of Enchantment je tente de répondre à ces questions de ma propre manière. Et oui, nous avons un sérieux problème!

Sans tenir compte d'héritage physique, ce dont je ne suis pas certain, je pense que nous avons été sous l'influence directe de "contrôleurs". Contrer cette influence est notre aspect le plus élevé qui se révèle être suprême mais qui laisse notre partie incarnée prospérer et vivre ou non selon nos choix, nos prédilections et nos talents. Il y a un aspect ludique dans toute cette affaire.

Et je réponds par l'affirmative au concept de divinité et de piège. Et encore oui au fait qu'il y a quelque chose de très important sous nos pieds. Mais je ne veux pas être trop spécifique parce que je n'ai tout simplement pas l'information.

K.O. : Est-ce que vous pensez à l'instar du Dr John E. Mack que le phénomène extraterrestre est une chose bénéfique pour nous, que ce sont des êtres bienveillants?

G.Z : -Je ne soutiens pas cette thèse. Le côté "bienveillant" peut être découvert à des niveaux plus élevés desquels tout le jeu, tout le processus a émergé. Ma conviction sur ce sujet me permet de dormir la nuit et de profiter de mes journées.

K.O : Etes-vous en accord avec certaines théories (comme celle de Nigel Kerner) selon lesquelles notre processus évolutif peut-être expliqué par une manipulation extérieure intelligente ou extraterrestre (la présence de l'ADN poubelle est toujours un mystère)? Et donc, que les Darwiniens nous égarent volontairement?

G.Z : - Une fois de plus, le livre de Kerner ne m'est pas encore parvenu entre les mains. Mais l'ADN s'est développé d'une manière ou d'une autre. Nous tous et d'autres pouvons apprendre à améliorer cette connaissance. Mais en ce qui concerne l'ADN en lui-même… la question est plutôt de savoir si oui ou non l'ADN peut avoir évolué à partir de molécules simples étant donné que l'univers entier représente un ensemble de possibilités infinies sur des périodes de temps infinies (et non pas quelques milliards d'années comme on le croit couramment). Je pense que je ne suis pas prêt à répondre à cette question!

K.O. : Avez-vous déjà entendu parler de l'hypothèse de la douzième planète de Sitchin. Selon cet auteur, une planète composée d'éléments légers (et non lourds comme des métaux) avec de l'eau et une capacité de produire sa propre énergie n'a pas nécessairement besoin d'être proche du soleil pour abriter la vie. Toujours selon Sitchin, cette soit disante douzième planète à l'énorme course orbitale éloignée du soleil aurait apportée la vie sur terre, une terre qui n'est pas par ailleurs une bonne candidate pour produire par elle-même la vie. Pensez-vous que cette conception étrange est scientifiquement orthodoxe et acceptable?

GZ : J'ai lu bon nombre des livres de Sitchin. Ils fournissent nombre d'informations qui ont été négligées par la société moderne. Mais ils ne fournissent pas tous les aspects essentiels du décor qu'il nous dépeint car ses livres ont d'autres côtés négatifs dont nous pourrions parler si vous le souhaitez.

L'un des sous-entendus contenus dans la question est plutôt : “comment les Anunnakki peuvent-ils vivre sur cette planète Nibiru? Ont-ils évolué là (en supposant que des humains et des humanoïdes “évoluent”, ce qui est une hypothèse que je n'assume pas) ou bien, sont-ils venus d'ailleurs?

S'ils sont arrivés d'autre part, et ne sont pas simplement des êtres originaires ayant évolué sur Nibiru, alors, les caractéristiques de cette planète Nibiru sont très importantes, n'est-ce pas?

Cela peut s'inscrire sous l'appellation générale de “colonisation”, une considération qui a été outrageusement oubliée par la communauté du SETI par ce qu'ils restent persuadés que la colonisation interstellaire par des êtres vivants est totalement impossible. Par conséquent, ils se perdent dans d'ennuyeuses considérations sur “les bons candidats qui peuvent produire la vie” et “les mauvais candidats”.

A côté d'une colonisation par des êtres vivants, il existe une possibilité intéressante de colonisation et même d'ingénierie de l'ADN en lui-même. Vous pouvez consulter mes pages Web pour en savoir plus sur certains détails.

K.O. : Pourquoi les USA sont-ils si concernés par les recherches sur le phénomène extraterrestre, les abductions etc.?

G.Z: Je ne comprends pas vraiment les prémisses de votre question. Voulez-vous parler des gens, de la population américaine ou plutôt de certains aspects occultes du gouvernement? Ou encore, d'autres groupes occultes qui ne sont pas officiellement liés au gouvernement?

Je vais présumer que vous voulez parler des couches les plus ordinaires de la société, celles de la population américaine, bref de tout un chacun qui ne fait pas partie d'un groupe occulte.

Alors, je dois poser la question suivante: de quelle manière se sentent-ils concernés? Peut-être vous voulez dire qu'ils sont plus concernés par ces phénomènes que les européens ou plus spécifiquement la société belge [ndtr: G.Zeitlin sait que Karmapolis est un site belge]. Et cela devrait requérir certaines études sociologiques pour déterminer si les prémisses du problème sont exacts et correctement posés.

Je dirais simplement que les gens sont aussi concernés qu'on veut qu'ils le soient. Ce “on” possède une structure de pouvoir qui contrôle les représentations du phénomène rapporté par les média. La population se comporte comme des moutons.

Par conséquent, quelqu'un veut que la société ait exactement les préoccupations qu'elle a.
Et pourquoi quelqu'un veut-il cela? Ma réponse sera peut-être extrêmement paranoïaque; ils veulent que les choses soient ainsi parce que cela les aide à consolider leur pouvoir. Comment cela se peut-il? Il se peut que cela soit un leurre, une déviation pour attirer l'attention des gens sur le fait que quelque chose s'est brisé dans notre vision commune du monde. Ou cela pourrait encore être une nouvelle étape opérée dans le cadre d'une opération majeure d'un genre ou d'un autre.

K.O : Vos prises de position et vos conceptions en physique et en métaphysique vous ont-elles marginalisé auprès de vos collègues, avez-vous été rejeté par vos pairs?

G.Z : Jamais. Pendant la majeure partie de ma vie, j'ai été capable de “compartimenter” ma pensée et mes discours. Mais cela a été insatisfaisant comme vous pouvez l'imaginer. Après avoir commencé à développer Open SETI; je me suis aperçu que non seulement, mes collègues ne saisissaient pas de quoi il était question mais qu'en plus, ils n'étaient pas du tout intéressés.
Je sais que l'un ou l'autre d'entre eux avait à l'occasion passé mes pages en revue mais cela est resté une expérience d'ordre privé dont nous n'avons jamais discuté.

K.O: pensez-vous qu'un jour, dans un avenir très proche, nous pourrons bénéficier de révélations complètes à propos des OVNIS et des extraterrestres?

G.Z: -Une révélation? Non. Un événement qui sera annoncé par les extraterrestres eux-mêmes? Ils n'ont rien fait de semblable depuis que les "dieux" nous ont quittés il y a plusieurs milliers d'années. Qui peut dire quand et comment et si oui ou non ils vont encore se manifester?

 

Entretien réalisé entre le 25 février 2005 et le 7 mars 2005

Karma one - © karmapolis

 

haut de page

accueil    nous contacter   liens